Echanges FFT/Comités


Message de Patrick LLesta , Président du Comité Aquitaine :

Bonjour a tous
Après m'être entretenu avec les membres du bureau du comite d'Aquitaine, j'adresse ce mail aux instances dirigeantes afin de vous faire part de notre position face aux difficultés économiques de la fédé .
Nous considérons qu'il n'est pas de notre ressort de pallier une partie du déficit annoncé et ce pour la bonne et simple raison que les licenciés n'ont pas à payer leurs cotisations alors qu'ils n'ont pas touché une carte de l'année .
Un effort de solidarité soit : raison pour laquelle les clubs Aquitains s'acquitteront de la cotisation club et les licenciés qui le désirent pourront faire parvenir a la Fédé le prix de la licence sur laquelle nous ne prélèverons pas la part Comité .
Afin d'étayer cette position qui peut sembler a priori rigide , précisons quelques points:
La gestion de la prise en charge des indemnités de chômage partiel de nos deux salariés nous paraît quelque peu désinvolte voire négligente ...et d'autre part en temps de crise peut être serait il de bon ton d'envisager de réduire le nombre de personnes siégeant au C A de la Fédé et de réduire par là même les frais y afférant .A titre personnel et sans verser dans un discours populiste ou extrême qui n'apporte pas grand chose au débat , je considère que ces frais sont par trop conséquents ,la charge d'administrateur du C A mérite sans nul doute une rétribution pour récompenser le travail effectué mais les forfaits cumulés d'indemnités d'arbitrage, de restauration, d'hôtellerie et d'indemnités kilométriques atteignent des proportions ,a mes yeux tout au moins ,déraisonnables .
Notre sentiment n'est certainement pas d'apparaitre pour des gaulois réfractaires ou irréductibles mais seulement de concourir a sortir par le haut de cette crise et retrouver le plaisir de s'écharper joyeusement autour d'une table .
Amicalement
Llesta Patrick
Pdt du Comité Aquitaine

Réponse de la Fédération :

Bonjour Patrick,

Je tiens tout d'abord à saluer le geste de l'ensemble des clubs qui, comme ceux de ton comité, ont fait le choix de s'acquitter de leurs cotisations, et ce, malgré la très faible activité sur la saison 2020/2021.

La décision de renoncer à la part comité sur la prise de licence des joueurs aquitains, honore le conseil d'administration de ton comité auquel j'adresse les remerciements de la part de la FFT.

Le conseil d'administration de la FFT a pris bonne note de ton courriel. Je souhaite, au nom de l'association et en accord avec les membres du CA, formuler les observations suivantes.

Afin d'éviter tout quiproquo, je rappelle que les administrateurs de la FFT sont tous bénévoles. Si tu estimes qu'une rétribution leur est due, tu n'es pas sans ignorer l'existence du droit du travail : aucun des 15 membres du conseil d'administration (CA) n'est dans une relation de subordination le liant à l'association par la voie d'un contrat de travail.
Au-delà de toute conception juridique de la rétribution ou de l'intéressement, les administrateurs ne tirent absolument aucun avantage pécuniaire du temps passé à travailler au bénéfice de la fédération.
Chaque membre (administrateur ou arbitre) paye sa licence et s'inscrit aux tournois dans les conditions de droit commun à tous les joueurs.

Tu fais par ailleurs directement allusion aux défraiements octroyés aux arbitres lors des déplacement sur les championnats. Puisque le sujet est posé, je souhaite avec l'aval du bureau directeur de la FFT jouer la carte de la transparence.

Un arbitre est défrayé 80 euros par séance au cours de laquelle il officie. Une séance arbitrée se définit comme l'ensemble des opérations de mise en place, de gestion et de prise en charge des joueurs pendant la séance (notamment la gestion de fumeurs parfois indisciplinés), de saisie des résultats, et de réorganisation de la salle pour les séances suivantes.
Au cours d'une séance, un arbitre peut marcher jusqu'à 10 kilomètres. Ce chiffre peut bien entendu être doublé sur une journée, le tout sur une amplitude qui peut également avoisiner les 17 ou 18 heures sans dormir et sans réelle pause.
J'ajoute à cette liste non exhaustive la résolution de conflit aux tables et l'ensemble des préparations de pré séance, s'agissant notamment de la constitution des jeux ou des opérations de réalisation de mise en place. Un seul exemple parlant pour étayer cet argument : pour le championnat CDF il nous faut fabriquer, classer et ranger 1536 jeux d'attaque, soit 80 par personne ce qui représente entre 10 et 15 h de boulot.
Chacun se fera sa conception sur l'appréciation du montant, et libre à chacun de penser que cette somme est trop importante. Ce montant vise aussi à récompenser des adhérents qui sacrifient nombre de leurs week end à permettre le déroulement de ces compétitions alors que ce sont aussi à la base des joueurs qui pourraient également participer aux tournois.

Je précise par ailleurs que les indemnités kilométriques liées au déplacement ont été revues à la baisse il y a quelques années, passant de 40 à 35 centimes le kilomètre pour les membres du CA et 25 centimes pour les arbitres non élus. C’est le seul avantage financier des membres du CA, mais je ne pense pas que cela suffise à remettre en cause le bénévolat des membres.

En ce qui concerne les repas, seuls les arbitres ont une « prime » repas. Ils touchent 15€ chaque qu’ils arbitrent une séance. Les membres du CA n’arbitrant pas ne touchent rien.

En ce qui concerne les consommations à la buvette, les arbitres et membres du CA sont à la même enseigne que les joueurs et de ce fait ils paient leurs consommations.

Les frais cumulés d’hôtellerie que tu nous reproches sont quasi inexistant puisque les chambres des arbitres sont prises en charge par les organisateurs comme le stipule le cahier des charges. Tu devrais le savoir puisque Soulac organise un championnat depuis quelques années.

Le terme de « déraisonnable » est pour le moins inapproprié, car il sous-entend un lien de causalité entre ces dépenses et l'état de nos finances actuel. Cette posture est infondée financièrement avec des propos blessants et insultants envers des administrateurs qui œuvrent bénévolement pour notre fédération (sauf les 10 centimes supplémentaire sur les frais kilométriques).

Autre point mis sur le tapis dans ton message : la stratégie de la FFT dans la gestion de la position administrative de ses salariés.
Je t'accorde que le timing de mise en chômage partiel d'un de nos salariés est discutable, et je le reconnais. Nous avions fait le choix d'être prêts pour un éventuel redémarrage qui n'a pu avoir lieu. Ce choix est assumé et n'est pas regretté.
Sur le volet financier, ces 3 mois "perdus" n'auraient pu à eux seuls rétablir la situation de trésorerie, soyons clairs. Cette économie aurait représenté entre 3000 et 4000 euros, montant, tu en conviendras, qui ne peut être analysé comme déterminant pour l'avenir de l'association.
Notre autre salariée est quant à elle en arrêt maladie depuis le mois de juin : une part incompressible de charges patronales doit être acquittée par la structure.

Il est évident que le fonctionnement de la FFT peut être discuté. Il doit l'être. Pour le bien de l'association, et pour sa pérennité.

Tu ne souhaitais pas polémiquer, c'est malheureusement raté, car comme tu pouvais l'imaginer, ton message a été diffusé sur les réseaux sociaux.
Il véhicule des informations erronées, qui auront pour but de jeter le discrédit sur la FFT. Nous acceptons la critique de tous, dès lors qu'elle est constructive. Là, nous trouvons que c’est loin d’être le cas.

En conclusion, il est fort dommageable qu’un responsable de comité qui se pose des questions, et c’est légitime, adresse un message empli de fausses allégations à autant de personnes. Ces messages créent le buzz, sont relayés sur les réseaux sociaux et ne servent malheureusement qu'à perturber grandement la base. Il serait plus souhaitable que les questions nous soient posées directement (au CA ou au BD) ou même en AG s’il souhaite en informer tout le monde et en débattre. Dès que nous pourrons organiser une AG, nous pourrons éventuellement t'accorder un temps de parole.

Je te remercie d'avoir initié un effort pour aider la FFT dans cette passe difficile. Cordialement,
MichaËl DEBIESSE
Secrétaire National FFT

Réaction du Président du Comité du Vaucluse :

Bonjour Mika,

Félicitation pour cette réponse toute en nuance.

Personnellement, je ne comprends pas comment on peut se faire élire à la tête d'un comité et être contre la fédération en pensant que les membres du CA sont des gaspilleurs et presque de voleurs. Ces allégations mensongères qui sont diffusées, vont loin car on m'a téléphoner pour avoir mon avis et j'ai démenti immédiatement.

Ce qui est étonnant, c'est que personne ne parle des excédents qu'ils ont dans leur trésorerie car ils ont encaissé les participations de 6 championnats régionaux sans envoyer un seul joueurs aux championnats de France. Notre petit comité a un excédent de trésorerie de 4000 € et la question que j'ai posé au CA de mon comité (11 membres+ 2 cooptés)

n'est pas : "Q'est-ce que l'on peut faire pour emmerder les voleurs de la fédé"

mais : "Qu'est-ce que l'on peut faire pour aller dans le sens de fédé et faire plaisir à nos joueurs qui n'ont fait aucun championnat"

La solution adoptée à l'unanimité est : " Avec l'excédent de trésorerie nous offrirons la licence pour la saison prochaine à tous nos joueurs qui on pris la licence cette année".

Encore bravo à tous les membres de CA et tous les arbitres pour votre dévouement pour la fédé.

Guy DI PASQUALE

Le Comité Loire Océan n'ayant pas pu réunir ses instances pour l'instant n'a pas de position officielle. Mais à titre personnel (et en accord avec les responsables du Comité avec qui j'ai été en contact) je penche du coté de la réponse de Guy Di Pasquale. J'ai fait chiffrer la proposition de prendre en charge la part comité l'an prochain à ceux qui ont pris leur licence cette année (1632 euros) Je soumettrais cette approbation de prise en charge au prochain CA.. qui pourra se réunir.

Philippe Le Ray

Président du comité Loire Océan

PS : comme je l'ai annoncé hier aux membres du C.A., il ne pourra pas y avoir de Festival d'Olonne cete année, malheureusement. La mairie réquisitionne le salle du Havre d'Olonne. notre prochain grand objectif sera donc le Championnat de France duo de janvier 2022.


Page 6 sur 17